©ParlementEuropéen-Emmanuel Macron

Pour la première fois, mardi 17 avril dernier, Monsieur Emmanuel Macron, en tant que Président de la République française, tient un discours devant le Parlement Européen, à l’invitation de ce dernier.

Il avait évoqué, dans son programme lors de la campagne des présidentielles, dix points importants sur l’Union européenne.

Rappelant la nécessité d’une nouvelle souveraineté européenne, il fait le constat suivant : « Comment se satisfaire d’élections européennes auxquelles moins d’un citoyen sur deux se déplace pour voter ?… C’est la raison pour laquelle en amont des élections et du temps contraint des campagnes électorales, nous devons faire vivre le débat, créer cet espace public européen que bien souvent nous avons laissé en friche. C’est dans cet esprit d’essayer et d’innover que j’ai proposé des consultations citoyennes dès cette année. » Il avait annoncé cette proposition dans son programme :

  • Nous donnerons la parole au peuple.

Nous proposerons des conventions citoyennes dans toute l’Europe dès la fin de l’année 2017 pour redonner un sens au projet européen. Ces conventions aboutiront à un projet qui sera ensuite adopté par tous les pays qui le souhaitent. Aucun État membre n’aura le pouvoir de bloquer cette nouvelle étape.-

Revenant sur la souveraineté européenne, « d’ici à la fin de la législature » déclare t’il, « au printemps 2019, nous devons obtenir des résultats tangibles sur plusieurs fronts. Les migrations, en débloquant le débat empoisonné sur le règlement de Dublin et les relocalisations, mais aussi en dépassant ce débat, en construisant la solidarité externe et interne dont notre Europe a besoin. Je propose ainsi de créer un programme européen qui soutienne directement, financièrement, les collectivités locales qui accueillent, qui intègrent des réfugiés . »

Les autres thèmes indiqués par Monsieur Emmanuel Macron portent sur :

« La taxation du numérique, à la suite de la proposition de la Commission en créant une taxe à court terme qui mette fin aux excès les plus choquants, je soutiens cette proposition, elle est essentielle et elle permettra d’ailleurs, c’est mon souhait, des pistes de ressources propres pour le budget à venir.

La réforme de l’Union économique et monétaire est un troisième front indispensable avant la fin de cette mandature, en définissant une feuille de route permettant d’avancer par étape sur

l’union bancaire et la mise en place d’une capacité budgétaire favorisant la stabilité et la convergence dans la zone Euro.

La mise en place des universités européennes qui progresse réellement, ou le déploiement d’Erasmus, mais je veux ici insister sur l’un de vos travaux en cours, essentiel à mes yeux, celui du droit d’auteur, de la protection des créateurs, et de la création artistique.

La quatrième souveraineté que nous devons conduire à aller plus loin, c’est celle de la santé et de l’alimentation.

La cinquième souveraineté que nous devons défendre, c’est évidemment la souveraineté numérique. »

En conclusion, le Président de la République  souhaite « une Europe de l’ambition », avec non pas « une génération de somnambules… mais à une génération qui aura décidé fermement de défendre sa démocratie.

Fermer le menu